Gaijingal-Sakura : blog of a french gyaru mama

From Shibuya to Harajuku, get the Kawaii look!

Gyaru Academy 

Cette page à pour vocation de ré- expliquer chaque sous styles gyaru en détail! La plupart d’entre vous les connaissent déjà mais je sais que pas mal de mes lectrices découvrent la sub- culture gal donc j’ai aussi pensé à elles!  De plus, les sous-styles, c’est la base donc c’est essentiel! 

Serez vous diplômée de la gyaru academy ? lol! 

This section is about each gyaru sub styles complete explanation ! I know lot of you know them but I also thought to the newbies who discover the gyaru subculture here!

Will you be graduated? lol! 

Je sais que certaines d’entre vous connaissent le mouvement aussi bien sinon mieux que moi, n’hésitez pas, si vous pensez que certaines infos pertinentes ont été omises ici, à m’en faire part en commentaire! Je serais ravie de vous citer! 

I know some of you know the gal as well as me or even better than me, if you think some important details are missing here, please feel free to informe me in the comments! I would be happy to share your knowledge crediting you! 👩🏽‍🏫

Let’s master the gal together! 👩🏽‍🎓👩🏼‍🎓👩🏿‍🎓

 

Qui sont les kyabajo et ce métier est il si glamour? 

Rappelez vous, dans mon précédent article au sujet du coiffeur japonais qui m’a coiffée pour la Japan Expo (à lire ici: Beauty)

j’évoquais à quel point les modèles et magazines pour Kyabajo pouvait être mal vus par la société japonaise (lorsque j’ai parlé de Sakurina à mon coiffeur). En-effet, lorsque je lui ai demandé s’il connaissait Sakurina et qu’il m’a répondu par la négative, j’ai dit au jeune coiffeur qu’elle était en fait mannequin pour Ageha, et sa réaction fut aussitôt : Ageha is not my thing! Et pas seulement parce que c’est pour les filles me dit il manifestement gêné…  en-effet, Ageha est surtout connu pour être dédié aux hôtesses, ou kyabajo! 

Alors qui sont les kyabajo et pourquoi sont elles mal vues par une grosse part de la société (classe moyenne et classe supérieure) ce métier est il aussi glamour qu'il y parait (dans Ageha notemment)? 

English version

Remember! In my last article, I spoke about how japanese people could not appreciate kyabajo when I spoke about Sakurina and Ageha with the japanese haistylist who styled my hair for the japan expo (read my article about it here : beautyBeauty). 

I can tell this young man from Tokyo was really ambarrassed to mantion Ageha with me! 

So I wanted to read more articles about it to learn why kyabajo are not appreciated by the population and if this job is so glamorous than we could think reading Ageha! 

Des Geishas modernes

Voilà un concept qui ne peut marcher qu’en Asie de l’Est, bien qu’il parait qu’il y en aie en Californie, les Kyabakura ou hostess Clubs (du japonais キャバレー kyabare =  cabaret) sont les établissements qui emploient les Kybajo ou japanese hostesses. 

Alors déjà je précise que j’emploierai le terme hostess aussi bien que kybajo pour les nommer dans cet article puisqu’il s’agit d’un synonyme! 

D’autre part, pour en revenir au thème principal de ce blog, je précise aussi que les kyabajo ne sont pas toutes des (agejo) gyaru! En fait, la plupart n'apprécieraient pas du tout la comparaison! Cependant, il faut bien, avouer qu'elles en arborent  la parfaite et complète panoplie! faux cils, karakon (ou lentilles) extensions de cheveux et Mori hair (coiffures très volumineuses), push up voir chirurgie plastique, talons hauts, faux ongles acryliques incrustés de bijoux, etc… 

Si les kyabajo comme les gals peuvent se montrer (et assumer) superficielles, il y a pourtant une différence! Le principal objectif d'une gal est d'être le plus kawaii possible : elles font des purikura entre copines, sortent avec des gyaruo… tout pour être kawaii (ok! j'ai simplifié volontairement mais vous avez compris l'idée) alors que le principal intérêt des hostesses est très simple : 

L'argent 👛💴💴 

Une kyabajo est en quelques sortes, une geisha de notre époque (le côté artiste en moins, rappelons que les geisha savaient jouer de plusieurs instruments, chanter …) ! Elle se tiendra à vos côtés, messieurs, vous fera la conversation, remplira votre verre et allumera vos cigarettes, flirtera avec vous … tant que vous allongerez les billets!! 

Il y a plusieurs sortes de kyabajo, des plus ou moins sexy, des plus ou moins "haut de gamme" il y en par exemple dans certains karaoke ou dans certains snacks, on aura compris que celles ci ne sont pas les plus glam’… Celles que j'ai représentées en photos ci-dessus et qu'on peut voir dans Ageha notamment, travaillent dans des clubs entre bar de nuit et cabaret… notamment dans les clubs les plus premium, qui sont situés à Shinjuku. 

Elles évoluent donc dans le monde de la nuit, la plupart d'entre elles sont donc condamnées au célibat puisque se levant à 16h et passant le reste de l'après midi à se faire belle pour aller travailler toute la nuit, leurs horaires ne coincident pas avec ceux des autres. 

Plus une kybajo a de succès, plus elle gagne de l'argent! Mais attention! Ce métier est plus difficile qu’il n’y parait! Il faut savoir boire et encaisser l’alcool! Certains clubs obligent leurs hôtesses à boire des boissons sans alcool mais difficile d’entrainer les clients à boire (des bouteilles très très chères) sans boire sois même! Inutile de préciser que bon nombre d’entres elles finissent par déclarer maladies (du foie notamment) et addictions! 

Kyabajo or modern geisha

Modern geisha (English version) :

Kyabakura or japanese hostesses clubs (from the japanese word Kyabarē : キャバレー = cabaret) are some clubs between cabarets and night clubs) where the kyabajo (japanese hostesses) are working. 

I think that concept would not work in an other place than East Asia but I heard  there are this kind of places in California (if you are californian, can you confirm?) 

To come back to the main subject of that blog I have to say that all kyabajo are NOT gyaru ! lot of them would not appreciate to be considered as gals despite the fact they use to wear the complete gyaru looks (contact lenses, false lashes, heavy liner, mori hair … fake nails…) 

If kyabajo like gals can be and assume to be superficial, there is a big difference between them : the main goal of gals is to be The most kawaii possible (taking purikura pics with friends, having gyaruo as boyfriends… ok ! it’s not as simple but you got it! 😉) on the other hand the main goal of hostesses is very simple: 

getting  💴money!! 💴💴💴

Kyabajo girls are like modern geisha (without the artistic talent of geisha who were talented singers or musicians) They will stand by your side, gentlemen, will make you conversation, fill your glasses and light up;your cigarets, flirt with you… as long as you’ll spend your monney!

There are several kyabajo styles, more or less sexy, more or less premium, for example, there are kyabajo who work in karaoke or snacks, it’s notbthe most glamorous, the hostesses you can see on the pics here or in Ageha use to work in select clubs (the most premium clubs are mainly located in Shinjuku) 

They live and work by night so most of them are condemned to celibacy sonce they use to wake up at 4 PM, spend the rest of the day to dress up for work, their schedules don’t match with the rest of people. 

The most a kyabajo is successfull, the most she’s paid! But be carefull!! That job is not as easy! You have to bear the alcohol! Some clubs force their hostesses to only drink alcohol free drinks but how to train customers to drink very very expensive alcohol drinks if you don’t drink yourself? 

No need to specify that lot of hostesses end up declaring diseases and addictions… 

Quels sont leurs avantages?

Les avantages à exercer le métier d’hostess sont nombreux : déjà c’est un travail de nuit, ce qui leur assure un salaire moyen plus élevé que le japonais moyen qui travaille dans un bureau, de plus elles sont ammenées à rencontrer des personnes influentes : chefs d'entreprise, politiques… qui pourraient, peut être, les aider à améliorer leur destin! Les kybajo, dans leurs robes glamour, sont percues comme des cendrillons des temps modernes par les jeunes filles et même les petites filles! Ce métier est dans le top 3 des métiers les plus convoités par les petites filles, juste derrière infirmière et fonctionnaire!! 

Ces femmes rencontrent des hommes de tous horizons du PDG au touriste en passant par le cadre moyen… ces hommes viennent évacuer le stress de leur vie quotidienne et leur chagrin en compagnie d'une femme à leur goût, aux petits soins pour eux et évidemment bien différente de bobonne qui les attend à la maison (ou pas…)! Certains leur offriront des cadeaux : cosmétiques de luxe, sacs à main de grandes marques, téléphones portables… 

Une hostess qui gagne assez bien sa vie touche un salaire d’environ 4 à 5000 euros par mois, imaginez celles qui se dévouent totalement à leur métier en arrivant plus tôt et en partant plus tard, qui sont plus jolies ou dont la cote monte du fait d'un emplois de mannequin à côté (pour Ageha ou pour une des marques kyaba) !! 

Certaines de celles ci arrivent après à ouvrir leur propre boutique, boîte de nuit ou marque de fringues (Emiri Aizawa, Momoeri…) grâce à leurs économies, vous imaginez? 

Dire qu’on exerce en tant qu’host (le pendant masculin du métier) ou hostess peut paraitre terriblement stylé pour certains! Pourtant cette activité, apparue dans les années 80 étaient très mal vue jusque dans les années 2000! Car il faut bien comprendre qu’en plus d’être mignonne, de savoir faire la convesation et de tenir l’alcool il faut surtout n’avoir aucun scrupule à plumer les mecs!! La plupart des hostesses mettent tous les hommes dans le même panier! 

Le magazine Koakuma Ageha, mieux connu sous le nom d’Ageha tout court et qui a récemment cessé d'être publié, à largement contribué à rendre ce métier plus enviable et glamour  et surtout mieux perçu! 

The kyabajo look

Advantages to be a kyabajo (English version) :

There are many advantages to work as a kyabajo : fistly, it’s a night job wich gives them a better salary compaed to average office  workers. Also kyabajo can meet influant people : business men, politicians… who could be able to change their destiny! 

Japanese hostesses, with their glamorous dresses dressed up, are seen as morden cinderellas by young japanese girls! That job is one of the 3 favorite jobs japanese little girls dream to do when they will grow up (after nurse and official) ! 

Those ladies use to meet men from many horizons : from business men to tourists passing by salary men… every of them come to forget their stressflul life in kyabakura in the company of a woman to their liking who will take care of them and is , off course, very different from their wife! 

Some customers will offer them luxurious presents such as branded bags, cosmetics, cell phones … 

An average hostess who makes a good living uses to gain about 4 to 5000$ a month, so you can imagine for those of them who completemy dedicated their life to their job arriving before theothers and living after them, who are prettier than them or have interesting conversations or better again, who are models for kyabajo brands or magazines (what to climb their coast) !!

Some of these are able to get their own company or shop or fashion brand or night club… like Emiri Aizawa or Momoeri thanks to the money they saved being a kyabajo for several years! can you imagine ? 

Telling you are an hostess or an host can look super cool for some people! However that activity, born in the 80’s , was frowned upon until the 2000’s! you have to understand that in more to be cute, to have a good conversation and to support alcohol, the main pointof that job is to be unscrupulous! 

Koakuma Ageha magazine (which recently stopped) contributed a lot to make that job more glamorous, enviable and better perceived! 

Ageha et ses cibles

A sa parution, Ageha magazine a mis un certain temps à se vendre, puis ses éditeurs ont trouvé la recette! des couvertures qui arrachent les yeux (une utilisation illimitée de photoshop! 😆)  et deux cibles ultra controversées et plutôt rares : les kyabajo et les himegyaru! pas plus, pas moins! 

On ne rencontre presque pas ces deux styles dans les rues! (sans parler que depuis la parution d'Ageha, le style himgyaru est, malheureusement, devenu has been) pour apercevoir des hostesses, il faut se tenir à l'entrée des clubs où elles travaillent. En-effet, ces filles, très reconnaissables déjà du fait de leurs coiffures très volumineuses et sophistiquées ne peuvent se sentir à l'aise dans les milieux fréquentés par les salariés! Pour éviter les problèmes, la plupart des clubs qui se respectent,  payent le taxi à leurs hostesses pour se rendre au club et rentrer chez elles ou alors possèdent un van pour conduire plusieurs d’entres elles qui habitent les alentours. Il est quasi impossible d’en croiser dans le métro! Si vous en croisez une dans le train ou dans le métro, c’est soit qu ‘elle s’est perdue, soit qu’elle bosse à Roppongi où ces règles qui servent à protéger les hostesses sont ignorées car les propriétaires de clubs s'en foutent complètement!! 

Quand aux himegyaru, lorsqu'elles étaient à la mode, il y 10 ans, on ne les voyait qu'à harajuku et même alors, c'était plutôt rare!! 

Pour en revenir à leurs coiffures particulières, rappelons que celles-ci sont élaborées dans les plus grands salons de Shinjuku, par des coiffeurs sur place qui ont une technique bien particulière, ou pour le quartier de GInza, dans des salons qui ferment tard. Elles doivent alors se faire coiffer par le coiffeur de leur choix et revenir au club avec le ticket de caisse pour preuve (et non pour se faire rembourser car elles le payent de leurs deniers) Dans ce monde, elles doivent être parfaites tout le temps pour plaire à leurs clients et ainsi engrenger le plus d'argent! 

Ageha April 2017 with Emiri Aizawa

L’envers du décor

Jusque là, si vous êtes une gal comme moi, vous vous dites : mais c’est le métier parfait!! Etre super bien payée juste pour picoler dans un club en portant des robes super glamour et se faire coiffer par les plus grands pour aller au boulot, en taxi!! Le rêve!! 

Sauf que l’envers du décor n’est pas si glamour figurez vous, si ce métier comporte des avantages, il a aussi beaucoup d’inconvénients ! 

Déjà, l’alcool, dont j’ai évoqué les risques d’addiction, mais pas seulement!! Bon nombre d’entre elles finissent par développer d’autres addictions et nottamment à la cocaïne ou au crack. Consommer de la cocaïne leu permet de tenir la forme et de résister à l’alcool voir de rester mince (un peu comme pour les mannequins). 

C’est un métier qui rapporte mais qui demande aussi beaucoup de dépenses!! coiffeur donc mais aussi manicure,  esthéticienne,  cosmétiques, vêtements et chaussures… 

La règle dit que les clients ne doivent pas toucher les filles et accepte encore moins les rapports sexuels tarifés mais dans les faits, beaucoup proposent aux filles de les accompagner à l'hôtel à la fin de leur service! certaines supportent même quotidiennement ce qui ressemble à du harcèlement sexuel par certains clients qui ne savent se satisfaire d'un NON. Certaines finissent par accepter pour arrondir leurs fins de mois… 

Ce métier peut aussi être "le tremplin" d'une carrière dans le porno puisque les casteurs viennent dans les clubs pour y trouver des actrices… Dans certains clubs les hostesses arborent de longues robes à paillettes dignentbd'un épisode de Dallas mais dans d'autres, elles sont presque nues ou vêtues de déguisements sexy… 

Le monde de la nuit a bien des pièges… 

Rappelons que dans ce pays où les jeunes et les femmes et donc à fortiori les jeunes femmes sont le plus touchés par le pauvreté. Ou trop  peu d'entre elles encore ont acces aux études supérieures et se voient proposer des carrières épanouissantesde cadres supérieures, ingénieurs ou autre… le metier de kyabajo, en depit des risques qu'il présente, peut paraitre une bonne solution face à caissière dans une épicerie ou mariage et enfants à 20ans! Beacoup rêvent d'un destin comme Emiri ou Eri Momoka, une jeune maman célibataire qui a pu démarrer une lucrative affaire dans la mode à 27ans après une carrière Même pas besoin d'être forcément très jeune etbtrès jolie puique les clubs ont des hôtesses pour tous les goûts potentiels!

Et vous, pensez vous que ce concept pourrait marcher où vous habitez? Vous verriez vous exercer ce métier? 

Pour en savoir plus, vous pouvez lire le livre  »Glass Geisha » by Suzan Quinn, une australienne ayant pratiqué plusieurs années comme Kyabajo avant de devenir journaliste en Australie, livre publié par Hodder & Stoughton. 

From The New York Times

Retour aux origines : Les ganguro et leurs nombreuses évolutions!

Mon amie Kieli a récemment écrit un article sur son blog au sujet des gals dans Pokemon (original et sympa, je vous le recommande!) et bien j'irais jusqu'à dire que les gals sont comme les pokemon! chacune de leurs formes (ou sous styles) a connu de nombreuses évolutions!

Revenons aux tout débuts  du mouvement avec les ganguro et (re)découvrons ensemble les nombreuses évolutions qui ont découlés de ce style : 

Ganguro (english version) , come back to the origins of gals : 

My friend Kieli recently posted an article on her own blog about gals in Pokemon (nice and original subject! I advice you to read it!) about this, I could say that, gyaru look like Pokemons since their styles use to have many evolutions! 

Let's come back to the origons of gyaru and let's (re)discover all the evolutions of that style together : 

Les  Ganguro

Le mot ganguro vient du japonais  » gangan » =  intense et  »kuro » =  noir , les ganguro sont donc des gyaru  à la peau très foncée, et ce artificiellement, afin de rester hâlées toute l'année! Très à la mode dans les années 90’s et 2000’s, les ganguro représentaient des jeunes femmes libres qui modifiaient leurs apparences comme bon leur semblait (peau hâlée, cheveux décolorés). Ce mouvement est né d'un besoin de protestation envers la société traditionnelle qui voulait que les femmes aient la peau blanche et les cheveux noirs pour être belles, j'ai déjà évoqué l'origine de ce mouvement dans plusieurs articles, je ne creuserai donc pas plus ici. 

Les premières Ganguro apparurent après que la Pop Star japonaise la plus adulée de l'époque s'afficha avec le teint hâlé dans plusieurs de ses clips dont "How to be a girl" en 1997 ( click : https://youtu.be/2e-rtbsL7Ok pour voir, c'est culte!) 

Afin de souligner encore plus leur bronzage, les ganguro prirent l'habitude de porter dunmaquillage blanc ou très clair.

Une des première mannequin Ganguro,  Buriteri (cf photo), lanca une mode encore plus intense vers 1999 (année où elle fit la couverture du magazine Egg), celle du  Gonguro, de hâlée, la peau devient noire, le maquillage s'intensifie, devient plus blanc et plus marqué, les cheveux s'éclaircissent également : blond platine, gris voir blancs! Son surnom Buriteri, vient de la célèbre sauce japonaise de couleur noire. 

plus tard, le style gonguro évolua en s’intensifiant encore plus pour devenir le Yamanba! 

Ganguro gyaru (english version)

The ganguro word comes from the japanese words « gangan  » which means intense and « kuro  »which means black, ganguro girls to have a very tanned skin, which was artificially tanned to stay dark all year long! Very fashionable during the 90’s and the 2000’s, ganguro girls represented free young women who were able to change their appearence according to what they wanted to do! Dark skin, bleached hair, this movement was born from a contest fashion against japanese traditions where women have to be white and to have black hair to be considered as pretty! I already mentionned it several time here, so I will not dig the subject on this article. 

The fist ganguro girls appeared in Shibuya after seeing the most popular pop star at this period, Namie Amuro with a tanned skin on her video clips (click https://youtu.be/2e-rtbsL7Ok to see How to be a girl  video clip in 1997,  probably one of the first origin of gals, it’s cult!)  

To make their dark skin more noticeable, ganguro girls adopted a white make up on their eyes and  their lips applying a white concealer. 

One of the first ganguro model girl, Buriteri, launched a more intense style in 1999 when she was cover girl for Egg Magazine, the Gonguro style! wearing a darker skin (almost black), a more intense white make and lighter and longer hair (platinum blonde or grey hair) Her nickname,  Buriteri, comes from a popular japanese black colored salsa . 

Later, the gonguro style evolved intensifying even more to become the Yamanba style! 

Les Yamanba

Elles tirent leur nom de la mythologie japonaise et plus précisément de la sorcière du Mont Fuji, nommée « Yama Uba ». Leur but était de faire peur, ou plutôt de choquer en inspirant leur maquillage du visage de cette sorcière! Elles reprennent alors la peau très noire des gonguro et le maquilllage blanc, encore plus intense! Halo blanc autour des yeux, trait blanc sur le nez et  lèvres blanches. Les cheveux aussi sont blanc ou gris, elles portent des extensions de cheveux artificiels pour les rendre très longs d’apparence laineuse. Les lentilles sont elles aussi très claires, grises ou  bleues turquoise.  Par la suite pour ajouter une petite touche kawaii, elles agrémentèrent leur makeup de stickers colorés sous les yeux. 

Plus tard, le célèbre model Kaa tan rend le style encore plus fun en réduisant le blanc des yeux porté désormais essentiellement au dessus des yeux, y ajoutant des cheveux de   couleurs  flashy et en rendant populaire le célèbre imprimé hawaiien, la fleur d'hibiscus, emblème de la marque Alba Rosa, en posant pour Egg, Ego, et S Cawaii. Le style Manba était né! 

 

 

Yamanba gyaru (english version) :

The name Yamanba comes from the japanese mythology, more precisely from the name of the Mont Fuji witch : Yama Uba! Their objective was to scare and shock people inspiring their makeup from that witch face (cf the picture) ! 

They take up the same black skin than ganguro and make the white makeup more intense! White creamy make all around the eyes (using a white concealer)  white line on the nose, white  lips… the hair is white or grey and super long, they use to wear super long wooly synthetic hair extensions. The contact lenses are very light colored grey or light blue. A bit time after, to add a small kawaii touch, they added colored kawaii stickers under their eyes. 

A few time later, the very popular Egg model, Kaa Tan, made the style more fun and cuter reducing the white of the eyes only worn above the eyes, adding brighter colors and making popular the hawaian hibiscus pattern, emblem of the brand Alba Rosa! She took the pose for Egg, Ego and S Cawaii magazines wearing that style, Manba gyaru was born! 

Les Manba

On les confond souvent mais pourtant les Manba ne sont pas identiques aux Yamanba. Outre la différence au niveau du maquillage blanc des yeux, les manba adoptèrent un style plus sexy que les yamanba. Super populaire au Japon en 2004, ce style est représenté  par des tenues plus courtes, très colorées, et l’attitude sexy qui va avec! Les Manba s’amusent à choquer par leur comportement provocateur bien qu’elles n’aspirent à ne rester qu’entre filles!Au niveau des cheveux, tout est permis! Plus c’est excentrique et mieux c’est ! Les stickers sous les yeux disparaissent au profit de strass, les  premiers gyarusa apparaissent, des groupes de Manba se forment à Tokyo dont le plus célèbre : Angeleek! 

Vous souhaitez essayer le style Manba? retrouver un nouveau makeup tuto facile pour le Manba look dans la page Beauty

Manba gyaru (english version) : 

We confuse them often, and yet Manba gals are not the same than Yamanba gals ! Excepted the difference about the eyes makeup, Manba chose a sexier style than Yamanba. Very popular in Japan in 2004, the style was represented by short and colorfull clothes and the sexy attitude that goes with! Manba gals love to chock people adopting a provocative behavior yet they only aspire to stay together among girls! About their hair, it’s free! the more eccentric, the better! The stickers worn under the eyes disappeared for the benefit of  strass, the first gyarusa circles started to exist , whose the most famous : Angeleek! 

Want to try the Manba look? find how to Manba makeup in a new tutorial on the beautyBeauty section! 

Les Manba et Yamanba n’étaient pas bien vues au Japon, elles étaient considérées comme sales (le maquillage prend tant de temps à être appliqué qu’en effet, certaines ne se lavaient pas)  vulgaires, faciles etc… on se rend bien compte de l’opinion de la population japonaise à leur encontre dans la vidéo (lien ci dessous) 

Manba and Yamanba were not appreciated in Japan, they were considered as dirty (the makeup Took so long to be applied that some of them didn’t wash their body every day) vulgar,  we understand how they were considered on the video here … 

https://youtu.be/gOS7Bkn72MA

Les Romanba

Le style Romanba, inventé par Kaa Tan (en bas à gauche), toujours elle, est moins connu! Le terme vient de Romanchisuto (=  romantique) et Manba, c’est une déclinaison plus féminine, moins sexy et plus kawaii du Manba! La couleur rose y est prédominante ainsi que les accessoires de princesse comme les diadèmes. On emprunte des codes à la mode lolita : robes à volants, ombrelles à volants et on ajoute des accessoires Disney à  l’éffigie de Marie des aristochats, ou encore de Minnie et Winnie l’ourson…  Sachant que par la suite, Kaa Tan adopta le style Himegyaru, je me demande si le Romanba n’en est pas à l’origine? mais c’est une déduction personelle… 

Romanba gyaru (english version) : 

The Romanba style was created by Kaa Tan (cf picture), her again! it's less popular than  other styles. The word come from Romanchisuto (= romantic) and Manba, it's a more feminine, less sexy and more kawaii version of the Manba style! pink is the most popular color and princessy accessories are loved (tiara, jewelry, frilly umbrellas…) Romanba gals love to add accessories from Disney characters (mainly Marie from the Aristocats, Winnie the pooh…) Romanba fashion took inspiration from lolita fashion. 

When I think that Kaa Tan became an himegyaru few time later, I think maybe the Romanba was the elder sister of himegyaru? ! but it's a personal opinion (what do you think  about it?) 

Les Banba

Encore une déclinaison plus féminine du Manba, mais cette fois ci plutôt dans le côté sexy et glam!  Le blanc est toujours utilisé pour le make up mais en version plus light et satinée (on utilise de l’highlighter irisé à la place du fard crème blanc) le rose pâle ou le nude remplace peu à peu le blanc sur les lèvres. Les extensions capillaires sont blondes ou châtains clair, bouclées ou ondulées.... Les vêtements sont plus pastel que fluo… l’idée est de ressembler à une Barbie (d’où le B de Banba), le chapeau de cow boy commence à apparaitre, c’est le style précurseur du tsuyome ! 

 

Banba gyaru (english version) : 

Banba gyaru is an other version more feminine of Manba but this way,  the sexy and glamorous side of feminity are represented! they still use white makeup for their eyes but in a shiny powder version, light pink and nude are prefered to white for the lips. Hair extensions are blonde or brown, wavy or curly and natural hair made… Clothes are more pastel than bright, they want to look like to Barbie dolls (it’s the reason why Banba is the same word than Manba with the B of Barbie)! The cow boy hat start tobe popular, it's the elder sister of Tsuyome gyaru ! 

Les Tsuyome

Le style Tsuyome, toujours porté de nos jours, est la version light du yamanba. Largement popularisé par certaines Black Diamond, dont Harutamu, c’est une version plus chic que le Banba! Je m’explique : les couleurs pastel et fluo sont remplacées par le jean, le noir, le camel… l’imprimé hibiscus est remplacé par des imprimés animaliers comme le zèbre et le léopard, le collier de fleur est remplacé par des bijoux bling à strass et dorés… on porte de la fourrure et de grosses ceintures à chaînes… Les cheveux sont toujours longs et bouclés, les dreads sont remplacés par la coupe Mori, très volumineuse! Le maquillage est glam, faux cils noirs et lèvres roses pâles, peu à peu les tons de bruns soulignent le blanc sur les paupières … 

la marque emblématique du style est la marque Dia, (une de mes marque préférée pour ceux qui suivent! 😄) dont le nom vient de l'anglais Diamond, référence au chic et au bling bling! 

Tsuyome gyaru (english version) :

Tsuyome fashion is still fashionable nowaday, it’s the last version of yamanba. Propulsed by many Black Diamond members (Harutamu…) it’s a version more chic than Manba! I explain : pastel colors are replaced by black,  jeans, camel… the hibiscus pattern is replaced by animal prints like leopard and zebra. big bling golden chains are prefred to hawaian necklaces, tsuyome gals love big chains belts, fur, golden buttons … 

The hair is still long but in more natural shades (many tsuyome also used to wear bright colors hair…) the mori hair is very fashionable with curls and lot of volume! 

Glamorous makeup with heavy and black  liner and black false lashes, the lips are nude or light pink and the contour is made of highlighter powder instead of white cream shadow… 

The most popular brand of the style is Dia (it’s also one of my favorite brand if you follow  me! )

The name comes from The english word Diamond accordingly to the glamorous style of the brand! 

Les Korunba

Provient du mot kuro (noir) + manba, le mot noir ici ne fait pas référence à la couleur de peau mais plutôt à celle des vêtements portés par opposition au fluo et couleurs vives que portaient les ganguro des 90's 2000's

le terme est inventé par Yayo, membre du staff de la marque Dia, les korunba sont plus chics que les ganguro du début! 

Korunba gyaru :

Come from the japanese word Kuro (means black) + manba, the word black doesn’t mean black skin but it’s a refrence to the color of the clothes (differently to the bright colors worn by ganguro and Manba)

The word was created by Dia staff and its member, Yayo who was also an Egg’s model!   Korunba girls were  more chic than their Elder sisters ganguro ! 

 

Ogyaru : la gyaru qui pue!

Rappelez vous plus haut, je vous ai dit que les ganguro avaient mauvaise réputation dont  la réputation d'être sales. Cette réputation est en partie dûe à l'émergence d'un sous style bien particulier, les Ogyaru! 

Aussi furtif (ce style n'a duré que peu de temps) qu'extrême, le style Ogyaru consiste essentiellement à … ne pas (ou très peu) se laver!! 

On ne sait pas exactement ce qui en est à l'origine : envie de choquer par l'odeur (un peu comme les yamanba par la "laideur") en allant à l'encontre des habitudes très hygiéniques de la population japonaise. 

Ou pour faire des économies (en maquillage, en démaquillant, en auto-bronzant et couleur de cheveux mais aussi en temps passé à se préparer) … Une facon d’avoir une  identité visuelle forte en dépensant moins… 

En apparence, elles ressemblent aux ganguro ou manba, elles sont souvent en pyjama (oui, même dehors) et ont les cheveux cracra… 

L’origine du mot Ogyaru vient de son écriture en Japonais gyaru + le kanji de  »Kitanai » qui signifie  »sale, crade » 

Il n’en reste plus aucune de nos jours

 

 

Ogyaru : the dirty gyaru (english version)

As I explained before, ganguro gyaru had a very bad reputation in Japan including the reputation to be dirty and to smell. It's partly due to a substyle named Ogyaru. 

As stealthy as extreme, that substyle is simply about Not taking shower and not remove your makeup! 

We don't exactly know what is its origin :maybe it's to chock people smelling bad  and protesting  japanese hygienic tradition or to save money (makeup, cosmetics and hair dyeing are expensive) and to save time. It's a way to get a very important visual identity for cheap! 

Their appearance : they look like Ganguro or Manba gyaru, they love to wear pajamas all day and night long, even in the streets, they have dirty hair… 

The word Ogyaru come from gyaru + the kanji  »kitanai » which means dirty. 

 Ogyaru doesn’t exist anymore  nowaday…